22H_RUE MARCADET


Y a une loi qui fait que toute proposition faite un dimanche soir sera forcément nulle-et-chiante.

- On va au ciné ?
- Mouof... après faut rentrer...
- On se prend un verre quelque part ?
- Mouof... plus de thunes, et après faut rentrer...
- On fait un jeu de société ?
- PARDON ? ... Ah tu déconnes ! Hahahahahaha  hahaha.

- On se fait livrer un jap' et on mange devant une série ?
Alors là : roulade latérale sur le lit, salto arrière, entrechat.
- Ouaiiiiiis. (encore plus franc que le oui de la nana devant l'autel)

Après avoir commandé, râlé une bonne dizaine de fois sur le livreur qui n'arrive pas, hurlé de joie en entendant l'interphone sonner, déballé le butin, râlé une nouvelle fois sur le mec qui a préparé la commande et qui s'est dit qu'on se passerait de wasabi-gingembre-sauce-baguettes... 
Nous voilà, Walshette et moi étalées sur le lit de la Chambre n°2, prêtes à s'envoyer la bectance.
Vingt minutes plus tard, le syndrome de "jauraipadumangersivite" associé à "jaimangécomuneporkass" fait qu'on ne se parle même plus. La culpabilité est au maximum. Finalement un ciné n'aurait pas été si mal ou même un jeu de société (non j'déconne).

C'est comme ça qu'on se retrouve à 23h et des poupoutes sur le parquet. Tapis jaune, tapis rose, sur le flanc, levés de mollet, pont, relevés de buste, planche, fentes : le tout en même temps.
On ne se parle de nouveau plus car on est trop transpirantes, essoufflées, musclées et galbées.

On finira le 3ème épisode de la série la jambe en l'air et le rouleau aspire-cellulite sur la cuisse (des fois que ça marche vraiment).

Minuit et demi, le bilan est rude :  japonais, boulimie, ciné, sport, liposuccion. Je vais me coucher.







1 commentaire: